Les Rues de San Francisco

20 Septembre 2012

D’emblée la différence est flagrante avec New York, où nous nous étions quittés. Ici nous sommes en Californie et la différence n’est pas seulement visuelle, elle est aussi climatique. Et puis surtout à San Francisco, l’océan apporte des courant frais, très frais même Imaginez : l’autre nuit, la température atteignait à peine les 10 degrés Mais bon dieu, il fait plus chaud dans mon réfrigérateur ! (ceci étant dit, ne croyez pas New York tropicale En hiver, il n’est pas rare d’y relever des moins vingt, voire moins encore..l ce qui est évidemment impossible où que ce soit en Californie).

Ici donc, grands espaces, grandes rues, grandes voitures, petites surfaces commerciales, petites maisons victorienne aux multiples couleurs, grands ponts, (Golden Gate et Bay Bridge), grand parc (plus grand que celui du centre de « Big Apple » : Central Park). Pour découvrir San Francisco, il y a deux solutions : arpenter à pieds les rues, les parcs, les quais, les différents quartiers ou (avec un coût supplémentaire), survoler le tout en hélicoptère. En effet, marcher à San Francisco est beaucoup plus physique qu’à New York. C’est qu’ici, le terrain n’est pas très plat, mais plutôt bien fourni en collines. Certaines rues sont tellement « pentues », qu’on voit l’ocean depuis leurs sommets. Vous ne pouvez les avoir ratées dans quelques séries télévisées mythiques, arpentées par des trams dont on se demande comment ils tiennent sur leurs rails ! Pour ma part j’ai fait le choix de l’hélico, car il offre aussi le survol des ponts et donc, des prises de vues fantastiques surtout si vous êtes assis à la place du copilote, comme ce fut mon cas.

Une des « attractions » essentielles et des plus pittoresques de la ville est donc le « cable » (prononcez à l’anglaise) : ces fameux petits trams multicolores qui parcourent les rues de San Francisco, tractés par des câbles qui leur permettent de grimper des côtes à près de 50% et dont je parlais plus haut (il n’y a donc pas de magie).

J’ai également eu l’occasion de faire la visite du légendaire Yosémite Parc. Grands espaces, grands arbres (les séquoias parmi les plus beaux et les plus hauts du monde), grands rochers là, on se sent  » tout petit  » face à la nature.

Bref, un mot un seul : MA-GNI-FI-QUE !

N.B. Prochaine escale : Vancouver (Colombie Britannique).

×

Suivez-moi sur Facebook